03 April 2017 / restructuring / reputation management / NL 

Les 7 règles d’or pour une histoire avec un happy end

Aujourd’hui, beaucoup de sociétés sont confrontées à de gros challenges : une fusion, une reprise, une restructuration, une annonce importante,… Une communication ‘d‘une certaine ampleur’, quelle qu’elle soit, aura sans aucun doute un impact sur la réputation d’une entreprise. Pour soutenir le management dans ‘ce qui pourrait devenir un cauchemar sans bonne gestion’, il faut communiquer de manière efficace.

Une bonne communication, c’est comme une histoire avec un happy end. Elle commence bien et elle finit bien.  Toutefois, pour maintenir la bonne réputation d’une entreprise, il faut communiquer de manière cohérente. Car une mauvaise communication pourrait nuire au fonctionnement futur de la société.  Si les collaborateurs, les clients, les autorités, les médias perdent leur confiance dans l’entreprise, ceci pourrait déboucher en un vrai cauchemar pour le management.  

Comment veiller à maintenir la réputation d’une entreprise ?  

En communiquant dans les temps, de manière structurée et disciplinée. En veillant à ce que la communication touche toutes les couches de l’organisation d’une part, et toutes les parties prenantes d’autre part.  

Les 7 règles d’or pour bien communiquer :

  1. 1. Une stratégie de communication claire qui est étroitement liée à la stratégie d’entreprise et aux obligations légales.
  2. 2. Une méthodologie efficace et un (retro)planning strict qui vous emmène dans toutes les étapes du processus et qui vous indique à chaque moment où vous en êtes et ce qui doit encore être fait.
  3. 3. Un bon message : un, deux ou trois. Pas plus.  Le cerveau humain n’en retient pas plus que trois. Ces messages doivent rendre l’annonce claire mais surtout crédible. Les éléments complémentaires serviront d’illustrations pour renforcer les messages-clés.
  4. 4. Un mapping précis de toutes les parties prenantes, et le fait de pouvoir cerner leur importance  et de pouvoir prioritiser.
  5. 5. Un monitoring efficace :  il faut rester attentif et suivre les réactions des décisionnaires. Il faut savoir ce qui se passe au sein d’une entreprise, en dehors, et surtout, dans les médias. En privilégiant les médias en ligne et les médias sociaux.
  6. 6. Un coaching approprié du CEO, du management et des porte-parole. Un dry run à proprement parler. Pour apprendre à raconter l’histoire de manière crédible. Au bon moment. Pour pouvoir répondre à des questions inattendues. Avec l’assertivité nécessaire.
  7. 7. Des instruments de communication clairs et cohérents. Un communiqué d’attente concis, une présentation PowerPoint claire pour le Conseil d’entreprise (Extraordinaire), un mail sur mesure pour le personnel, un communiqué de presse factuel,  une liste de presse mise à jour, un mail personnel au Ministre ou son chef de cabinet,...

Mais la liste est encore longue... La gestion de la réputation ne s’arrête pas après une annonce, ou quand le projet est lancé ou quand les membres du Conseil d’entreprise ont été informés, ou encore, quand la phase d’information et de consultation est clôturée.   Souvent, c’est un processus de longue haleine. Car on a à faire à des collaborateurs souvent fatigués, découragés ou démotivés qu’il faut rebooster. La gestion de l’après sera grandement influencée par la manière dont le projet aura été géré dans le feu de l’action

  

Plus d’info?

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

 

twitter google+ linkedin