Faut-il se faire vacciner et encourager tous les collaborateurs à le faire ? C’est sur ces thèmes que Leïla Belkhir (Infectiologue aux Cliniques Universitaires à Saint-Luc) et Kris De Meester (Premier conseiller à la FEB) ce se sont exprimés lors d’un webinar organisé par akkanto.  

« Actuellement, la Covid est la troisième cause de décès en Belgique après les maladies cardio-vasculaires et les cancers » explique Leïla Belkhir. La vaccination reste la meilleure arme pour combattre la pandémie, tout simplement parce qu’elle nous donne de l’avance sur notre immunité adaptative.  Et si tous les vaccins ont des propriétés différentes, ils font tous partie de la solution. Lorsqu’un avion menace de s’écraser, la question n’est pas de savoir de quelle couleur est votre parachute, mais bien d’en avoir un !  

Les entreprises doivent-elles dès lors jouer un rôle actif dans la campagne de vaccination ?  Réponse positive également à cette question, même si les choix et les données en matière de santé d’un collaborateur doivent impérativement rester confidentiels, rappelle Kris De Meester.  

Mais cela n’empêche pas les entreprises de jouer un triple rôle dès aujourd’hui :  

  1. En informant leurs collaborateurs, pour que ceux-ci puissent faire le choix de la (non) vaccination en disposant d’informations fiables. Organiser un webinar, relayer les sites d’information officiels, donner accès à des spécialistes sont autant de pistes potentielles. 
  2. En facilitant l’accès à la vaccination : une loi est actuellement en discussion pour permettre à chacun de se faire vacciner, si nécessaire pendant les heures de travail, sans perte de salaire. Au-delà de cette éventuelle obligation légale, il s’agit aussi d’une responsabilité sociétale pour les entreprises. Parce que plus vite nous atteindrons l’immunité collective, plus vite nous retrouverons tous nos espaces de liberté. La vaccination en entreprise n’est pour le moment pas à l’ordre du jour. 
  3. En continuant à assurer la protection de la santé de leurs travailleurs. La vaccination prendra de nombreux mois. Pendant ce temps, les entreprises devront continuer à faire respecter les gestes barrière. Cela demandera de la créativité, au vu de la lassitude de la population face à ceux-ci. D’autres mesures, comme les tests rapides, pourront aussi contribuer à un environnement de travail sûr. 

Au-delà de cette triple action immédiate, le rôle des entreprises est aussi d’anticiper la suite. Le monde d’avant a disparu, celui d’après est encore très flou.  On l’a beaucoup demandé au gouvernement, mais les dirigeants d’entreprise doivent eux aussi être capables de donner des perspectives.

Les lieux de travail de demain seront-ils de simples « Safe Spaces » ou des « Energy Spaces » ? Comment faire cohabiter des travailleurs à distance et sur le lieu de travail ? Comment ré-énergiser ceux qui ont perdu le lien avec l’entreprise ou l’envie de contribuer à un projet commun ?  Comment faire perdurer l’agilité, la résilience dont beaucoup font preuve ces derniers mois dans un fonctionnement quotidien ?  

Si ces questions vous passionnent – comme nous – n’hésitez pas à appeler nos experts pour prolonger la réflexion: